Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > A LA UNE > MEMORABILIA Bertrand Pierre du 23 novembre au 04 décembre 2018

MEMORABILIA Bertrand Pierre du 23 novembre au 04 décembre 2018

Memorabilia, Photographies de Bertrand Pierre
Présentée par Surface Sans Cible en partenariat avec la ville de Caen.
Exposition du vendredi 23 novembre 2018 au 04 décembre 2018
vernissage jeudi 22 novembre 2018 à 18h00
en présence de l’auteur
Galerie de la Communauté urbaine de Caen la mer
Les Rives de l’Orne
16, rue Rosa Parks - 14000 CAEN

Surface Sans Cible, en partenariat avec la Ville de Caen, investit un nouveau lieu dédié à la photographie.
Cette saison deux expositions seront proposées au public caennais par l’association dont la vocation est de promouvoir la photographie actuelle et de création. La première sera une invitation à découvrir le travail de Bertrand PIERRE, plus connu comme compositeur pour Françoise Hardy et Enzo Enzo ou comme l’un des 4 chanteurs du groupe Pow Wow.
Surface Sans Cible, accueille et produit aux Rives de l’Orne sa première exposition photographique en avant première, avant Paris.
La prochaine exposition à la galerie de la Communauté urbaine de Caen la mer se déroulera du 11au 31 mars 2019, avec le présentation des travaux des nouveaux artistes photographes cooptés par Surface Sans Cible : « Noviciat »

L’exposition :
Memorabilia, des nuages sur le bitume.
Les trottoirs de Paris sont des toiles noires offertes aux gestes aléatoires des peintres en bâtiment. Qu’ils soient déliés, compacts, faits d’amas ou de jaillissements, ils sont puissants, énergiques parfois rageurs. Ce sont les gestes d’hommes fatigués par une journée de labeur qui, dans l’urgence, essuient leur pinceaux ou vident le résidu de leurs pots sur le trottoir. Une véritable matière picturale brute qui n’a pas encore de propos, qui
reste prisonnière du bitume ; parfois pour quelques heures, à la merci de la moindre pluie, parfois pour des mois et c’est alors le spectacle de l’érosion au rythme des saisons et du passage des marcheurs que cette matière offre à l’oeil de l’explorateur. Et c’est d’abord en explorateur que je me suis aventuré sur ce terrain de jeu en ayant pour devise « le Hasard ma muse ». En explorateur désireux de témoigner de la culture du bitume, plus précisément de celle du goudron, produit naturel intimement lié à l’homme depuis la préhistoire. Alors, c’est dans ce musée à ciel ouvert que je découvre ébloui ces oeuvres non encore signifiées, ces oeuvres non encore signées, offertes à fleur de trottoir en open source. Ces gestes de peintre, je m’en empare et je les ré-imagine, créant ainsi une forme d’art brut et poétique, porte ouverte sur le rêve, un épanchement du songe dans la vie réelle comme le dit Nerval.
Les mois passant, en aiguisant un nouveau regard, il m’est vite apparu que ce goudron, qui vient de tous les continents pour constituer le décor de nos villes, agissait comme une bande magnétique enregistrant l’histoire de la vie sur terre, hommes, archétypes, animaux et dieux. J’ai choisi la photo pour capturer ces apparitions, plus précisément l’utilisation du téléphone portable, outil idéal pour qui veut pénétrer l’asphalt jungle. Et,
dans une démarche symétrique à celle de Nicephore Niepce, qui stabilisa le processus du développement grâce au goudron, c’est grâce à la photo que je peux, à l’inverse, stabiliser les peuples du bitume.
Swedenborg, qui inspira Baudelaire et Nerval, appelait ces visions Memorabilia.
J’ai gardé ce nom en lui adjoignant comme sous titre « des nuages sur le bitume » car il s’agit de cela aussi, retrouver l’innocence de la poésie enfantine, réapprendre à lire les nuages sur le ruban noir du bitume.

Bertrand PIERRE
Contact presse
Sylvie Bricon, Mèl : presse@surfacesanscible.fr

Partager


© SURFACE SANS CIBLE | Réalisé par PilotMotiv | WEBMAIL PRIVE | SPIP 3.0.17 [21515] | Squelette BeeSpip v.